Accueil » Acceuil » Château de Houtain-le-Val

Château de Houtain-le-Val

Château de Houtain-le-Val
WCA ON-00056 – BW-025

20-06-2015
Log Château de Houtain-le-Val


IMG_1400
Le château de Houtain-le-Val aujourd’hui. Photo : Thibaut Geoffroy

Les seigneurs d’Houtain-le-Val et le Mont

Elles apparaissent au 12ème siècle et sont de souche commune : Walter de Holten (seigneur de Houtain-le-Val) était le fils de Henri de Loupoigne, et Guillaume, fils de Henri de Houtain (1233 – 1257), seigneur de Houtain-le-Mont.

Les seigneurs jouissaient d’un pouvoir à peu près discrétionnaire. Ils avaient la haute et basse justice, la nomination du mayeur, des échevins, du greffier, du sergent, la collation de la cure (l’investiture étant réservée à l’Evêque).
Le Seigneur de Houtain-le-Val réclamait le droit exclusif de visiter l’église paroissiale de Houtain-le-Val et de Sart-Dames-Avelines.
Les seigneurs levaient un droit de congé, consistant en un dixième et s’appropriaient les biens délaissés par les bâtards.

Les Seigneurs d’Houtain-le-Val

Le premier en date : Walter de Holten, file de Henri de Loupoigne, signe la charte de Godefroid Ier relative aux moulins de Bruxelles.
En 1170, Radulphus de Hulthen, fils ou frère du précédent, donne en aumône à l’église de Villers 12 bonniers de terre. Walter est cité comme témoin de cette donation.
En 1175, les abbayes de Villers de d’Afflighem signent une convention suite aux difficultés survenues entre elles sur l’acquisition de la terre de Buisseret provenant d’Henri Cokernel.

Quelques années plus tard, en 1186, le même Henri donne à l’Abbaye de Villers, du consentement de Henri de Hulten (Seigneur de Houtain) le bois de Corrines et la terre de Renisartum contiguë, exempte de juridiction, sauf de cens.
Henri de Hulten abandonne en 1211 sa dîme sur Houtain-le-Mont au chapitre de Nivelles, après la mort de sa fille Alide.
En 1215, Henri de Cockernel dit Ravenkin donne en aumône à l’Abbaye de Villers tous les cens délaissés par son père sur la Neuvecourt, en outre, il leva la dîme à Pontailles.
Wauthier, frère d’Henri donne en aumône à l’Abbaye de Villers la dîme qu’il levait sur leurs terres et celles de Pontaille par consentement de son fils Gosuin. La même année, nouvelle donation à l’Abbaye de Villers : la dîme qu’il percevait sur les terres de Gisberto de Villers et de Pontailles.
Quelques années plus tard, il laissait une dîme à l’abbaye d’Aywiers (que l’Abbaye perçu jusqu’à la révolution). Cette donation fût approuvée par l’évêque de Liège en 1235. Le seigneur se réservait toutefois la portion assignée à la chapellenie en la dite église.

Château3

Château4

Le château de Houtain-le-Val, gravure datant du début du 20ème siècle.


Le même château, angle très similaire, début des années 1980.

Le même Wauthier, en 1246, donne la permission ou octroi à toutes les aumônes qui seront faites à l’Abbaye de Villers des terres des terres ressortissant de sa seigneurie.
Gosuin, fils de Wauthier, mourut en 1312. Il eu probablement un fils du même nom qui mourut en 1359. Ce dernier vendit la terre de Houtain, le 8 avril 1345, à Jean, duc de Brabant. Ce dernier en fit don à sa fille naturelle Jeanne van Veene, laquelle fut ratifiée par le fils aîné du duc nommé Henri et approuvé et ratifié par Godefroid et Jeanne de Brabant en 1361.
Jeanne de Ramst épouse de Costin de Ranst vers 1418.
Guillaume de Ranst (1401) leur succède, puis son frère Daniel de Ranst (26.9.1461) qui mourrut en 1471. Il avait épousé Catherine de Pape.
Le 26 janvier 1471, Costin de Ranst relève la terre de Houtain par tuteur.
Il mourut en 1482 laissant la terre à Jean de Ranst (décédé le 10 novembre 1526) qui épousa en première noce Marie Despangen, puis Claudine de Rivery (décédé en 1543).
Jean de Ranst était le premier auteur connu d’un dénombrement des biens de Houtain (13 février 1495). Il y signale qu’il possède un château et Basse-cour, grange et establerie; un moulin à ban où tous sont tenus de venir moudre leur grain; un petit vivier de trois journels; une brassine; 112 bonniers de terre; sept et demi bonniers de pré; 26 bonniers de bois; 16 petits fiefs. Nous retrouvons les mêmes biens cités dans le dénombrement de 1530.
Jeanne de Ranst épouse Alexandre de Zoete (1530). La terre de Houtain passe à leur fils Denis de Zoete, décédé par noyade le 26 mai 1585. Il avait épousé Catherine de Hennin (décédée en 1561, le 25 mars).
Nous avons vu plus haut qu’ils firent dont à l’Eglise de deux socles de pierre à leurs armes et portant la date de 1559.
Charlotte de Zoete succéda à son frère, le 30 septembre 1586. Elle épousa Antoine de Grenet, Seigneur de Werp, et en 1616, laisse par testament la terre de Houtain à Philippe de Haultepenne, lequel est débouté de ce droit par sentence du 4 juillet 1621, au profit de son fils Henri Charles de Zoete.
Pour la deuxième fois, la seigneurie est vendue à Arnold Schuyl de Walhorne le 15 septembre 1635.
L’année suivante, en 1636, il fait un nouveau dénombrement des biens de Houtain (l’original est conservé au château.)
Il ne peut toutefois pas conserver la seigneurie,. Un décret du conseil de Brabant en vertu de la sentence du 10 février 1663, renouvelée le 24 mars 1671 la porte au profit de messire Pierre Rose à Charge d’Arnould Schuyl de Walhonne pour recouvrir la somme de 13.000 florins (hypothèque de 1.000 florins sur les dites Seigneuries – 29 avril 1634).
La seigneurie comportait, en ce moment, haute, basse et moyenne justice, un mpulin à ban, un petit vivier, 144 bonniers de terre. Elle fût mise en vente le 22 avril 1671, et la vent finale eut lieu le 12 novembre 1672.
Pierre Ferdinand Roose était Seigneur de Ham et Froidmont, conseiller de Brabant, et ami de Jansenius. Il ne gardât pas longtemps la terre d’Houtain. En effet, Herman Schuyl de Walhorne en fit le retrait le 20 juillet 1674 et le lendemain, la revendait à Godefroid de Mutsenich. En revanche, il fit l’acquisition de Loupoigne et de Baisy le 21 avril 1684.
Godefroid de Mutsenich épouse Anne van Veen.
En 1685, il entamme un procès contre Baisy et Loupoigne au sujet de la terre de Pontailles. Chacun des partenaires fit appel aux anciens documents à l’appui de ses revendications.
Godefroid de Mutsenich mourut en 1695. Sa femme lui survécut jusqu’en 1713.
Maximilienne-Anne, Marguerite de Mutsenich, leur fille, épouse en première noce François, Ignace de la Croix, puis, en seconde noce, Jacques, Ignace Ghislain de la Tramerie, député des Etats du Hainaut.
Sa vie fut fertile en procès contre les Jésuites de Vlenciennes et en dispute avec l’Abbaye d’Aywiers et le chapelain Huet. Elle laisse un testament en faveur d’Isabelle van Veen qui épouse Henri, Comte de Wynants, décédé le 13 octobre 1763.
Ce jour là, son neveu, Jean-Baptiste Gosuin, comte de Wynants, né le 27 octobre 1726, file de Pierre et de Catherine Pangart (décédée en 1794).
Il épouse, en 1765, Isabelle Bosschaert (décédée en 1788). On lui doit la restauration du château et la construction de l’aile de style renaissance. La porte d’entrée du château est surmontée de ses armes.
Leur fille, Albertine, Cornélie, Josephe, née le 13 novembre 1765 et décédée en 1840, épouse Charles François Rigis Baesen, né le 24 février 1759 et décédé le 13 avril 1818.
Rosalie, Isabelle Baesen (décédée en 1845) épouse en première noce Jacques de Waha et en seconde noce le chevalier Van Coekelberghe de Dutzel, décédé en 1890.
Alfred de Waha (décédé en 1870) épouse Corélie, Marie Grenier (décédée en 1903).
Marie de Waha (décédée en 1921) épouse Fernand d’Hanins de Moerkerke (décédé en 1889).
Leur fils Henri (décédé en 1963), épouse Marie Leboeuf. C’est avec Denis de Zoeste, fils d’Alexandre (1561) la seule descendance masculine depuis 4 siècles.
Anne d’Hannins de Moerkerke épouse Christian de la Croix d’Ogimont.


Le château d’Houtain-le-Val

Il remontrait à 1129. La partie actuelle la plus ancienne doit dater du 15ème siècle. Elle est surmontée de deux tours. Harrewin en à laissé une gravure pour le barron Leroy en 1696.
Comme nous l’avons dit plus haut, il fut restauré et agrandi par Jean-Baptiste Gosuin, Comte de Wynants en 1763. Le portail porte un blason à ses armes. Tandis que l’ancien bâtiment fut reconstruit en pierre de taille de Feluy, les nouvelles constructions sont en pierre de marne qui abondent dans la région et furent longtemps exploitées.
Une très belle gravure du château est signée Peelaert (1826).
Le château fut une nouvelle fois restauré par Balat en 1850. On y ajouta les deux petites tourelles.

IMG_1403

IMG_1406
Les deux petites tours ajoutées lors de la reconstruction par Balat, en 1850.

Jacques de Waha fit démolir la ferme de la Basse-Cour. Une autre à été construite sur la route menant à Genappe et porte le nom de Ferme St-Martin.. Elle est occupée par la Comtesse d’Hanins de Moerkerke, et sa fille Isabelle, soeur d’Anne.

IMG_1405

IMG_1410

Le château tel qu’il est aujourd’hui, avec l’église en arrière plan.

Les voussettes, dans le porche d’entrée principal.

IMG_1414

IMG_1421

Une partie du parc arrière du château. La fontaine, au milieu de la cour, ne fonctionne plus.

Vu des terres juxtaposants le château, au travers des arbres …

L’activation

Après le montage complet de l’installation (durée approximative de 30 minutes maximum), place aux premiers essais.
Rien à redire depuis le temps que l’antenne est restée dans le garage, sans bouger.

Publicités

3 réflexions sur “Château de Houtain-le-Val

  1. Pingback: Log « Château de Houtain-le-Val  | «ON6GMT - Moulins et châteaux

  2. Pingback: Log « Moulin Dussart – Gentinnes  | «ON6GMT - Moulins et châteaux

  3. Pingback: HOUTAIN-LE-VAL – Jean-Jacques RICHARD

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s